Historique

Les Sports Ouvriers Armentièrois

Créés en 1932, les S.O.A ou plus précisément Sports Ouvriers Armentièrois est un club omnisport. Après le football, d’autres sports sont proposés tels que : la natation, la gymnastique, la force athlétique, le vélo et l’athlétisme.
La section Basketball fait son apparition après la guerre en 1948.Certaines disciplines se distinguent particulièrement comme par exemple la Natation avec Georges Pourcelle qui effectue en 1958 la traversée de la manche en 13h01. François Boucard deviendra Champion de France de l’Union du Sport Travailliste.

 

L’ancienne Ecole de Natation

Le saviez-vous ?

« En 1890, la municipalité décide la construction d’une école permanente de natation à eau chaude avec cabinets de bains en baignoire, salle de vapeur et de sudation, douches et lavoir public, piscine et salle d’hydrothérapie. Le bâtiment est conçu par l’ingénieur hygiéniste Edmont Philippe. Il associe différents bains dans une construction en longueur qui traverse l’îlot. L’entrée principale prend place à l’angle de deux rues, jouxtant le square Victor Hugo. En juillet 1891, l’établissement des bains ouvre ses portes.
Armentières est alors une des premières villes de France à offrir, dans un souci d’hygiène, un établissement de ce type à sa population, et notamment aux enfants des écoles qui en sont les premiers bénéficiaires.
En 1906, la piscine est transformée en salle des fêtes, pouvant accueillir 800 personnes, grâce à la réalisation d’un plancher amovible recouvrant le bassin. Le bâtiment est reconstruit à l’identique en 1923 après sa destruction pendant la Première Guerre mondiale, mais n’offre plus que les possibilités de bains publics et de natation. Le décor de rochers, le plancher amovible, les salles de massage et de coiffure, le gymnase non couvert et les installations des anciennes laveries n’existent plus.

Le bâtiment est inscrit à l’inventaire des Monuments Historique en 2003″

facade-piscine_hdef

piscine-interieur_hdef

facade-actuelle_hdef

Les commentaires sont fermés