SOA natation: une première année d’indépendance couronnée de succès

PROPOS RECUEILLIS PAR GEOFFREY PAMART (CLP)
 

Alors que la première assemblée générale des Sports ouvriers armentiérois (SOA) natation en tant que tels vient de se tenir, entretien avec la présidente de l’association, Sandrine Dewaele, à l’entame de sa deuxième année de présidence.

Sandrine Dewaele

Quel bilan tirez-vous de votre première année à la tête des SOA natation ?

« Notre association a été créée en juin 2012, suite à notre volonté de nous désolidariser des SOA Basket. Leurs dirigeants n’ont pas respecté les engagements écrits, tout comme leurs promesses de rembourser notre créance. Cette scission était donc une réelle nécessité.

Au terme de notre première année d’indépendance, nous pouvons estimer que nous avons réussi à maintenir un club sain financièrement et sportivement. »

Comment mesurez-vous ce succès ?

« Sur le plan financier tout d’abord. Nous avons pu directement gérer notre budget, ce qui nous a permis de réaliser sans encombres plusieurs projets. Notamment l’organisation, en février, des 80 ans de la natation sportive à Armentières. Une journée à la fois festive et compétitive au cours de laquelle le président de la fédération, Francis Luyce, nous a fait l’honneur de venir nager dans notre bassin.

En outre, nous avons pu investir dans une nouvelle signalétique, en achetant maillots, tenues et tout ce qui nous permet d’être reconnus lors des compétitions »

Le contrat avec Calyssia expire en 2015

Et sur le plan sportif ?

« Nombre de nos nageurs se sont distingués lors des championnats départementaux et régionaux, notamment chez les jeunes. Nous comptons également dans nos rangs Reynald Dessaint, vice-champion de France du 1500 m chez les maîtres-nageurs de plus de 25 ans. Il a aussi terminé quatrième de la finale du 400 m nage libre des derniers championnats de France. »

Quelles sont les perspectives à l’aube de votre deuxième année de présidence ?

« Notre club compte cent vingt licenciés, dont dix-huit nouveaux cette année. Malheureusement, nous avons dû refuser des inscriptions car trop peu de lignes d’eau nous sont allouées à Calyssia. Ce qui nous contraint, durant les vacances scolaires, à délocaliser nos entraînements à Comines Belgique. Nous travaillerons donc cette année sur le projet de renégociation du contrat d’affermage qui expire en 2015.

Nous tâcherons de nous faire entendre du syndicat intercommunal de la piscine d’Armentières (SCEPAA) pour obtenir plus de créneaux horaires.

Nous travaillerons aussi à la recherche de nouveaux sponsors. »

Les commentaires sont fermés